Cameroun : Chacun à sa place ; Chacun a sa place

Par Olivier NGUIMO TCHINDA

Cameroun : Chacun à sa place ; Chacun a sa place

Le titre de cet article réquisitoire contre le régime de Paul BIYA peut paraitre trop fort ou mal compris pour d’aucuns. Mais doit –on avant toute chose car nécessité l’oblige lever le voile sur le secret qu’il semble cacher.

Avec une population estimée à 23 952 912 selon les chiffres des services de statistique, le Cameroun demeure l’un des pays les plus peuplés de l’Afrique Centrale. La variété de sa population lui confère le titre de pays attractif où viennent régulièrement les touristes et les curieux pour découvrir la valeur culturelle de ce beau pays de même que sa diversité culturelle. Le Cameroun est surnommé « l’Afrique en miniature » en raison de sa diversité climatologique, géographique, humaine, culturelle.

C’est justement cette diversité, Cette acceptation, ce mélange de culture qui fait la force de notre pays. D’ailleurs Depuis l’indépendance de notre pays le 1er janvier 1960, les pères de cette liberté retrouvée avaient inculqué aux populations camerounaises et surtout au peuple Camerounais la philosophie du vivre ensemble. L’auteur de Citadelle écrivait déjà : « mon frère, si tu es différent de moi loin de me léser tu m’enrichis ». Cette pensée riche en moral a été pendant longtemps le leitmotiv et le cheval de bataille des pères de l’indépendance qui depuis leur galaxie nous conviait tous à la différence positive.

Mais aujourd’hui notre société hier enviée par les voisins est devenue la plus ridicule et le plus critiquée eu égard à la mauvaise gouvernance et au refus de l’exécutif de reconnaitre le droit de tous, partout et pour tous. Le Cameroun a besoin de ses filles et fils pour son développement. Ainsi chacun a sa place au Cameroun et a droit de partager avec les autres citoyens l’espace vital du territoire national sans discrimination aucune. Les gays ou mieux les homosexuels ont aussi leurs partitions à jouer pour l’harmonie et la cohésion nationales. Ils ont aussi leur place dans la société et ne doivent pas faire l’objet de répression, de récrimination, de poursuite et de vandalisme.

Nous avons aussi notre place, nous avons aussi nos droits. Il est inconcevable que le droit à la différence soit conçue par Paul BIYA et ses affidés comme une atteinte à la liberté. Nous sommes libres, aussi libres que les hétérosexuels, libres comme tout citoyen, libre de jouir de notre sexualité telle nous le dit notre conscience. Chacun a sa place dans notre pays. Je condamne avec la dernière rigueur la violence à nous faites par nos familles couplée de l’intransigeance du régime BIYA envers les gays.

Là où s’arrête ma liberté, celle de l’autre commence. Laissons chacun à sa place et que chacun soit à sa place. Cette inacceptable que les hétérosexuels nous considèrent comme des bêtes à abattre, des hommes à écarter du circuit d’ensemble ou encore des hors la loi.

Que chacun s’occupe de son foyer et de ce que le préoccupe. Nul n’est ordonnance à faite immiscion dans la vie sexuelle de l’autre. Mon combat aura d’effets oui d’effets, il aura d’effets et des conséquences positives pour tous et partout. Ces effets ne seront choses possible que si et seulement si tous les homosexuels changent de mentalité et acceptent une révolution de la pensée en publiant comme moi des articles pour dénoncer la déshumanisation des gays du Cameroun.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.