CHRONIQUE HUMOUR DE ANANI FIFA – TOGO, DE GAY MAN À GAY BALEINE

CHRONIQUE HUMOUR DE ANANI FIFA - TOGO, DE GAY MAN À GAY BALEINE

Par Anani fifa pour togo-online.co.uk

Pour savoir si notre pays le togo est un pays véritablement et pitoyablement très très sous développé, il suffit de se référer à cette histoire de baleine. Une baleine morte a servi de protéines dans les assiettes des togolais le dimanche dernier. Si c’était le premier Avril j’allais penser que c’est un poisson d’avril. Heureusement que c’est une baleine d’avril.

Une de mes blagues sur ce mammifère légendaire que j’ai qualifié de gay baleine avait fait le tour du monde. Nos amis les beninois s’étaient intéressés à cette blague qu’ils ont même posté sur Facebook. La blague dont l’extrait les togolais se sont jetés sur l’animal on dirait un gay baleine, n’avait pas été du goût de certains de mes compatriotes dont la plupart ne savait pas que cet article était signé en mon nom.

Pourquoi je me suis arrivé à cette blague qui a fait le tour du monde ? De nos jours certaines espèces animales spectaculaires disparaissent. Nous entendons parler de dragon mais nous ne l’avons jamais vu. Nous tous nous nous contentons de ces images sur les écrans de télévision surtout dans les vidéos clubs. Le dragon avait existé dans le passé mais aujourd’hui cet animal n’existe plus sur aucune planète. En dehors du dragon beaucoup d’espèces animales n’existent plus. Par contre certains existent mais disparaissent peu à peu voilà pourquoi il se font rares à voir. C’est le cas des éléphants, des hippopotames, des girafes ou des baleines. Cette dernière c’est à dire la baleine qui a échoué sur notre côte le dimanche dernier est un géant mammifère que cette génération sous le règne de tchalevi simple n’a jamais vu. Le togolais qui n’a jamais eu cette chance de voir une baleine, a mal accueilli cet animal.

En Europe, les États conscients de la disparition de ces gros animaux ont voté des lois pour leur protection. Même si l’animal est mort il bénéficie rapidement d’une protection à la première vue. Mais au Togo cela n’a pas été le cas. C’était tout un scénario de villageoiserie que nous avons assisté à la plage d’aneho. Cet animal qui serait morte a été confondu à un gay baleine. Les populations ont sortis massivement des machettes pour lui souhaiter la bienvenue. Pauvre Togo !

Je ne savais pas que dans les lacs il y avait beaucoup de machettes. Pour une scène rarissime qui s’est produite derrière la mairie et de surcroît la gendarmerie d’aneho, les autorités locales devaient avoir le réflexe de protéger d’abord l’animal contre les grandes affamées avant d’informer l’état de cette visite aquatique historique. Force est de constater que la marie et la gendarmerie qui étaient toute proche de cet animal sont tombées dans le jeu de la villageoiserie. Le dimanche passé cette plage qui devait du coup servir à un lieu touristique à l’occasion de la présence de cette baleine morte ou vivante, a plutôt servi à un Abatoire gigantesque. Presque toute la population d’aneho était sortie avec des machettes bien aiguisées. Jusqu’à ce que le ministre de l’environnement n’arrive au lieu, le sort de la baleine est déjà scellé dans les sacs bafana bafana. C’était un véritable chantier des Bouchers.

Le Togo a des incroyable talent en boucheries. Les populations étaient trop fier qu’une gay baleine n’ait pas échappé à la vigilance des viandes mans. La même scène s’est produite le même jour en Côte d’Ivoire mais les autorités ivoiriennes ont été très vigilantes. Elles ont rapidement dépêché une équipe qui a protégé l’animal. L’équipe a encadré le lieu pour empêcher les populations de s’approcher de l’animal. Un vétérinaire l’a observé. Une autopsie a été faite et les autorités ivoiriennes ont trouvé la baleine impropre à la consommation. Finalement elle a été découpée pour être enterrée. Ici au togo le dispositif n’a pas été le même. On dirait que nos autorités elle même ont envie de manger cet animal. Un gouvernement normal et soucieux du bien être de ses populations est censé protéger ces dernières contre tout danger. Mais ici il est clair que le pouvoir togolais s’en fou de la vie de la population. Si on arrive pas à gérer une seule baleine comment peut on arriver à gerer toute une nation.

Au niveau du togo, cette affaire de baleine a été prise avec une grande légèreté. On ne peut pas nous dire que c’est parce qu’il n’y a pas eu décentralisation que l’état n’a pas pu mettre les dispositif en place pour protéger cet animal. Sans savoir les causes réelles de la mort de cette baleine les togolais l’ont déjà fait défiler dans leur tube intestinal. Triste ! Ce qui est pire la viande de cet animal sera certainement déversé dans les marchés pour se mélanger aux produits congelés pour sa commercialisation . Voilà pourquoi j’ai refusé qu’on me ramene ce mois une brochette venue d’aneho.

Le pouvoir de faure a failli même dans une simple protection d’une baleine. A moins qu’il l’a considéré lui aussi comme gay baleine. Cette baleine si elle était protégée elle servirait aux étudiants et aux professeurs d’université de pousser une curiosité scientifique. Même les professeurs qui donnent des cours dans nos universités n’ont jamais vu des baleines de leurs propres yeux. Tout est théorie. Le pouvoir togolais a brillé par une absence totale d’un devoir d’anticipation. Une grave erreur qui plonge les togolais dans l’euphorie de la guerre contre les gay mans conjuguée au gay baleine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.