Togo : Tendons nous vers un 19 Août bis !!!

Togo : Tendons nous vers un 19 Août bis !!!
Yark Damehame, ministre de la Sécurité

Par Marcelle Apévi, togo-online.co.uk

Le peuple Togolais a écouté ce vendredi 20 Juillet 2018 un communiqué, lu sur la Télévision Nationale, dans le journal de 20 hr. Ce communiqué publié par le ministre Yark Damehame, porte interdiction de toutes les manifestations prévues du 23 juillet au 1er Août 2018 sur toute l’étendue du territoire national. Il indique que les manifestations pourront entacher le bon déroulement d’importantes rencontres internationales programmées sur la même période au pays.

Il s’agit donc pour le Général Yark, d’assurer la bonne tenue des rencontres internationales suivantes :

  • Session ministérielle de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ;
  • Sommet conjoint des chefs d’Etats de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) programmé sur le 30 juillet et
  • La conférence des Chefs d’Etats et de gouvernement de la CEDEAO du 31 juillet, rencontre au cours de laquelle seront connus le successeur de Faure Gnassingbé à la tête de la CEDEAO et la feuille de route portant règlement de la crise sociopolitique qui secoue le Togo.

Ce communiqué alimente les débats et suscite des interrogations dont celle de savoir si un simple communiqué d’un ministre peut abroger une loi fondamentale ?

Le communiqué relance toute suite les esprits sur les tristes scènes du 19 août 2017 qui ont commencé par ce genre d’interdiction et des propos va-t’en-guerre du ministre Yark. Les conséquences continuent de parler à nos yeux. Et pourtant, ces sommets sur lesquels le ministre trouve le prétexte pour interdire les manifestations, histoire dit-il d’assurer le bon déroulement, ne sont pas programmés hier. La question est de savoir pourquoi celui-ci n’en a-t-il pas fait cas, lors de la rencontre avec les facilitateurs pour ensemble définir, avec la coalition des 14, la conduite à tenir ?

« L’on peut alors reconnaitre les pas du sal boulot habituel des dirigeants qui semblent réfractaires au pacifisme dans notre pays » indique un acteur très remonté. Celui-ci pense qu’il est inopportun de prendre cette disposition dans le contexte actuel où l’opposition n’a rien à gagner en œuvrant au mauvais déroulement d’un quelconque sommet.

D’autres observateurs estiment que le ministre affiche son incapacité de garantir la sécurité autour de ces rencontres qui sont brandies comme la communion, pain de Dieu comme on l’appelle.

La question ici est de savoir, comment la coalition et la société civile vont prendre ce communiqué. S’y soumettre ou s’en dérober ? C’est la grande question pour ne pas demander si nous tendions vers un 19 Août bis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.