Face à face Coalition des 14 et RPT/UNIR en Guinée

Face à face Coalition des 14 et RPT/UNIR en Guinée
Illustration

Par K. Monzonla, togo-online.co.uk

A l’invitation du Président Guinéen, Professeur Alpha Condé, les protagonistes de la crise Togolaise se sont rendus à Conakry pour échanger dans le cadre d’une réunion du Comité de Suivi. De la rue où ils étaient aux côtés du Front Citoyen Togo Debout (FCTD) dans sa marche citoyenne et pacifique du 03 novembre dernier, les responsables des 14 partis politiques de la coalition de l’opposition en forte délégation se sont rendus en Guinée pour discuter de la crise Togolaise et la situation qui prévaut suite à l’entêtement du RPT/UNIR à organiser des élections dans des conditions totalement absurdes, en violation des prescriptions de la CEDEAO.

Composée de huit personnes à savoir Jean-Pierre Fabre de l’ANC et chef de file de l’opposition, Docteur Sama Kossi du PNP, Mme Kafui ADJAMAGBO JOHNSON de la CDPA et coordinatrice de la Coalition des 14, Monsieur BODE du PSR, Maître Yaovi Agboyibor du CAR, Théophile Adjamgba du parti Les Démocrates, Professeur Tchabouré Aimé GOGUE de l’ADDI et TARGONE Sambrini des DSA, la délégation de la coalition s’est rendue à Conakry, selon nos informations, pour se faire entendre et arracher l’arrêt du processus électoral en cours, la libération des détenus politiques, l’effectivité de la recomposition de la CENI telle que contenue dans le relevé de conclusion du 23 septembre entre autres.

Selon nos informations, trois émissaires du RPT/UNIR sont également à ce rendez-vous à savoir Gilbert Bawara, ministre du travail, Boukpessi Payadowa, ministre de l’administration territoriale et Yark Damehame, ministre de la sécurité.

En dehors des personnalités de la facilitation présentes en terre guinéenne, le ministre Ghanéen de la Sécurité, Albert Kan-Dapaah aurait également effectué le déplacement.

En attendant de connaître les décisions à l’issue de cette rencontre, il convient de préciser qu’un bras de fer est engagé entre le pouvoir et la Coalition des 14 sur l’interprétation du contenu du relevé de conclusion de la rencontre du 23 septembre portant décision de recomposition de la CENI. Manipulée, l’UFC de Gilchrist Olympio refuse de rendre sa démission pour permettre aux représentants désignés par la C14 de prendre fonction à la CENI, bloquant ainsi la mise en œuvre de la décision de recomposition de cette institution qui organise les élections annoncées pour décembre prochain.

Que peut dire cette CEDEAO qui a du mal à se faire respecter par Faure Gnassingbé et ses acolytes ?
C’est le wait and see

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.