Faure Gnassingbé et la réconciliation à géométrie variable

La charité bien ordonnée commence par soi-même, dit-on souvent; mais avec Faure Gnassingbé, elle commence forcement par autrui. Ceux qui l’ont aperçu lundi dernier à Abidjan jouant avec Alassane Ouattara les médiateurs entre Boni Yayi et Patrice Talon n’ont pas hésité à esquisser un sourire moqueur.

Faure Gnassingbé et la réconciliation à géométrie variable

En effet, parvenu au pouvoir à la suite d’un massacre de plus d’un millier de Togolais, Faure Gnassingbé peine à conduire dans son propre pays un processus de réconciliation basé sur les valeurs de vérité et de justice. Plus grave, les tribunaux, depuis 10 ans, refusent d’instruire des plaintes des victimes de ses massacres. Les bourreaux sont sous la protection de son régime et se permettent parfois de narguer les victimes.

En dehors des victimes de ces massacres d’avril 2005, Faure Gnassingbé a mis en lambeaux sa famille biologique depuis 2007 à la suite d’une scabreuse affaire d’atteinte à la sureté intérieure de l’Etat. Cela fait 7 ans que son frère cadet Kpatcha Gnassingbé croupit en prison, condamné à 20 ans de réclusion. Toutes les démarches (religieux, familles, chefs traditionnels, personnalités diverses) pour amener le locataire de la Marina à faire la paix avec son frère sont restées vaines. Cela fait 7 ans que sa propre famille est en lambeaux et qu’il refuse de faire la paix avec son frère. Les avocats de ce dernier toujours en prison ont annoncé la semaine dernière privilégier un règlement à l’amiable après une longue procédure judiciaire de Lomé à la Cour de justice de la CEDEAO à Abuja.

Faure Gnassingbé reste impassible à ce cri de coeur, à la situation de sa famille, de ses propres neveux qui doivent avoir le coeur rempli de rancoeurs et de ressentiments. C’est bien curieux que celui qui refuse de faire la paix avec ses propres frères de sang aille jouer aux messieurs bons offices entre Patrice Talon et Boni Yayi. Avant de se mettre en spectacle dans la résolution des problèmes d’autrui, Faure Gnassingbé et son ami Alassane Ouattara doivent d’abord balayer leur propre maison. Trève d’hypocrisie.

Mensah K.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.