Togo, prêter serment sur une constitution violée est un crime imprescriptible

Togo, prêter serment sur une constitution violée est un crime imprescriptible
Faure Gnassingbé

Par Marcelle Apévi, togo-online.co.uk

En 2005, en dehors de la manipulation de la constitution pour assurer la succession fracassante, brusque et ensanglantée de feu Général Gnassingbé Eyadema qui venait d’être fauché par une mort salvatrice d’un peuple qui n’a que trop souffert de la dictature cinquantenaire des Gnassingbé, Faure Gnassingbé et les commanditaires du coup d’Etat venait d’opérer un double homicide.

Non seulement ils ont tripatouillé la constitution mais aussi ils avaient amené le fils incohérent à prêter serment sur la base d’une constitution tripatouillée, masturbée, révisée…

En effet, les faits étant têtus montrent à suffisance que Faure Gnassingbé avait non seulement été bénéficiaire d’un coup d’Etat mais aussi co-auteur d’un crime imprescriptible : prestation de serment sur une constitution tripatouillée.

Sans chercher à trop entrer dans les détails, il est juste nécessaire et indispensable de préciser que Faure Gnassingbé à prêter serment sur la base d’une constitution tripatouillée. Aussi faut-il le préciser, étant donné que l’armée avait empêché Fabaré Ouattara Natchaba de succéder de façon constitutionnelle à feu général président, Faure Gnassingbé et que celui-ci avait à l’époque condamné le coup de force, Faure n’était pas digne de conduire un processus électoral. Une fois encore, l’histoire est têtue.

A suivre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.